Relations heurtées entre l’Etat et les Serigne-dara : Serigne Modou Bousso Dieng interpelle Macky…

Relations heurtées entre l’Etat et les Serigne-dara : Serigne Modou Bousso Dieng interpelle Macky…

3 février 2021 Non Par La Redaction

Les relations entre les Serigne-dara et les autorités ne sont toujours pas au beau fixe. C’est une nouvelle sortie de Serigne Modou Bousso Dieng, président de la Confédération internationale des familles religieuses (Cifar) qui atteste ces relations heurtées entre le pouvoir public et certaines familles religieuses du pays.

Dans un communiqué, Serigne Modou Bousso Dieng demande au chef de l’Etat, de s’entendre avec les guides religieux qui “sont des médiateurs sociaux infranchissables”. Car, précise-t-il, la situation des Serigne-dara et des talibés risquent de ternir les relations entre le Palais et les citées religieuses.

“Le président Wade à échoué sur ce plan et lui, le président Sall n’a pas pris le soin d’étudier cet échec pour régler le problème. L’enseignement coranique est mal pris en compte dans le système éducatif sénégalais. Dans un pays où il y a plus de 95% de musulmans, cela pose problème. Les tensions entre l’état et les Serigne-dara doivent être prises en compte et solutionner de façons pérenne. À part quelques divergences qui peuvent être gérer, les deux parties sont presque d’accord sur tous les points”, renchérit-il.

Sur ce, il conseille à l’Etat trouver une Inspection Générale de l’enseignement Coranique (Igec). “Cette Igec doit être gérée par un homme des serailles qui connaît l’Etat et la valeur de l’enseignement coranique dans notre société pour pallier les difficultés vécues jusqu’ici entre les gouvernants et les daras et qui constitue une bombe à retardement dans notre cher Sénégal”, lit-on dans le document.

Dans un autre contexte, le président du Cifar a tenu à féliciter le président Macky Sall, porté à la présidence de l’Union africaine pour la période 2022-2023. “Une avancée sur les institutions internationales depuis son investiture à la tête du pays”, conclut-il.Send