Rouguiatou Ba fait condamner son «petit ami» Mamadou Faye à deux mois de prison

Rouguiatou Ba fait condamner son «petit ami» Mamadou Faye à deux mois de prison

21 janvier 2021 Non Par La Redaction

Mamadou Faye, élève en classe de première, avait invité une connaissance, en l’occurrence Rouguiatou Bâ, à aller faire une balade nocturne au niveau de la VDN3. En cours de route, selon la demoiselle, il aurait tenté de l’embrasser alors qu’elle ne voulait pas. Se sentant en danger, et bien que le véhicule roulait à vive allure, elle a décidé de sauter. Elle s’en est sortie avec une fracture à la jambe avant d’être secourue par un camionneur. Le tribunal a reconnu le prévenu coupable de blessures involontaires et de détournement de mineure. Il l’a condamné à deux ans dont deux mois ferme et à payer un million de FCFA de dommages et intérêts à la partie civile.

Le destin a joué un sale tour à l’élève Mamadou Faye qui avait invité Rouguiatou Bâ à une balade nocturne. A la barre du tribunal de Pikine- Guédiawaye, le prévenu a nié les faits pour lesquels il comparaissait. Il a expliqué qu’il avait trouvé Rouguiatou Bâ en train de marcher sur la chaussée aux environs de 21 heures lorsque cette dernière l’a arrêté pour lui demander de l’amener avec lui.

« Je lui ai dit que je devais passer à Hamo 4 voir un ami pour récupérer des cahiers avant de rentrer. Elle était montée dans le véhicule. En cours de route sa maman l’a appelé à plusieurs reprises pour lui faire des injonctions de rentrer à la maison. Elle commençait à s’exciter dans la voiture et elle m’a demandé de la faire descendre. Je me suis exécuté avant de repartir. Mais avec la pénombre, je l’ai appelée au téléphone pour lui dire que le lieu n’était pas sûr et qu’il serait plus sage de revenir avec moi dans le véhicule. L’endroit était infesté de bandits et d’agresseurs. Lorsqu’elle est revenue, son téléphone a continué de sonner. C’est ainsi qu’elle a décidé de sortir du véhicule pour se retrouver à terre avec une fracture au niveau des jambes » s’est-il défendu à la barre.

Pour sa part, Rouguiatou Bâ a maintenu sa déclaration à la police : « Mamadou Faye m’a contactée par téléphone pour me donner rendez-vous. Il me disait que c’était urgent, ainsi, pour satisfaire ma curiosité, j’ai décidé de me présenter à l’heure convenue. Il m’attendait déjà sur place à bord du véhicule de son père. C’est sur ces entrefaites que je suis montée sur le siège passager avant de lui demander les raisons de cette invitation. Pour toute réponse, il me propose de faire une petite promenade avec le véhicule qui devait servir de cadre de discussion. Je ne m’inquiétais pas une seconde pour ma sécurité… Il a pris l’autopont de Wakhinane-Nimzatt pour virer à droite. En cours de route, il commence à me réitérer des avances que j’avais déclinées par le passé. Ainsi, faisant fi de ma réponse négative, Mamadou Faye a décidé de s’arrêter dans la pénombre sur la VDN3 en passant sa main droite derrière mon cou pour m’obliger à l’embrasser. Je lui ai demande de s’arrêter mais il ne voulait rien entendre et continuait de plus belle en direction de Malika. Faisant fi de l’arrêt du rond-point de Wakhinane et prise de panique, j’ai ouvert la portière de la voiture qui roulait à vive allure avant de sauter. J’ai atterri violemment sur la chaussée, roulant sur plusieurs mètres. Cette chute m’a occasionné une fracture à la cuisse droite et des égratignures et contusions sur tout le corps » avait confié la plaignante aux policiers.

Selon l’avocat de la partie civile, Me Baldé, il y a des constantes dans cette affaire qui ne peuvent pas être éludées. « Le parquet n’a pas poursuivi le prévenu pour tentative de viol. Mamadou Faye n’a pas contesté avoir invité ma cliente à prendre place dans son véhicule. Il n’a pas non plus contesté avoir appelé ma cliente qui n’a que 17 ans. Il lui a proposé d’avoir des rapports sexuels avec elle mais elle a refusé. Avec l’invitation, le détournement de mineure est caractérisé. Il a tenté de forcer Rouguiatou Ba à l’embrasser…il y a eu un commencement d’exécution donc la tentative de viol existe. Ce fait pourrait faire l’objet d’une instruction. S’agissant des blessures involontaires, vous verrez que l’état de la demoiselle montre des fractures. Il y a eu une chute brutale causée par la peur qu’elle soit violée. On ne sait pas si elle pourra remarcher correctement un jour. Je sollicite de lui allouer la somme de 3 millions FCFA en guise de dommages et intérêts » a révélé Me Baldé.

Madame le procureur s’interroge : « Pourquoi a-t-elle sauté du véhicule ? Je pense qu’elle avait peur d’un danger représenté par le prévenu. Elle a dit qu’il s’est montré insistant, j’ai refusé. C’est lorsque qu’il s’est dirigé vers le rond-point de Gadaye dans la pénombre qu’elle a sauté. Ce n’est pas parce qu’elle a peur de sa maman qu’elle a sauté du véhicule. Le danger n’était pas représenté par les parents de la partie civile mais par celui qui était avec elle dans le véhicule. Elle avait peur d’avoir un rapport sexuel qui lui ôterait sa virginité. Je requiers de le condamner à deux ans dont 1 an ferme » a requis le maître des poursuites.

Pour la défense assurée par Me Pape Mor Niang, la police n’a pas fait de descente sur les lieux. « Comment quelqu’un qui conduit avec une main sur le volant et l’autre sur le levier peut-il violer la jeune fille ? Elle veut chercher un alibi et se protéger de ses parents. Dans cette affaire, il faut relativiser. Il n’y a pas de délit qu’on peut reprocher à mon client » s’est offusqué Me Niang.

Le tribunal, après avoir délibéré, a relaxé le prévenu du délit d’attentat à la pudeur mais l’a reconnu coupable de blessures involontaires et de détournement de mineure. Le tribunal a condamné Mamadou Faye à deux ans dont deux mois ferme et doit verser la somme d’un million FCFA en guise de dommages et intérêts à la jeune Rouguiatou Ba, rapporte Le Témoin.

Source Pressafrik